La construction de nouveaux bâtiments revêt aujourd’hui des enjeux variés : choix de matériaux respectueux de l’environnement, réduction des gaz à effet de serre, préoccupations énergétiques, nouvelles normes… C’est dans ce contexte en perpétuel mutation que le secteur de la construction s’adapte et s’actualise pour créer des bâtiments plus en phase avec l’époque dans laquelle nous vivons.

Une initiative écoresponsable : l’essor des microgrids

De belles initiatives voient le jour pour produire des bâtiments davantage écoresponsables. De nouveaux types de bureaux moins énergivores sortent de terre. C’est notamment le cas du projet Solaris, le premier concept de bureau à énergie positive reproductibles (BEPOS). Le principe est très simple : le bâtiment produit davantage d’énergie qu’il en consomme. L’énergie produite tire sa source du soleil et de la terre via l’installation de panneaux photovoltaïques et de sondes géothermiques.

A l’engagement écoresponsable vient s’ajouter le caractère reproductible de ce concept. Il est en effet possible de mettre en place ce type de bâtiment sur demande à partir de 5000 m2, en France comme à l’étranger.

En dehors de la sphère professionnelle ce sont aussi les quartiers d’habitation qui s’organisent. Via le développement des écoquartiers, on assiste aujourd’hui à l’essor des microgrids, « des réseaux électriques de petite taille conçus pour fournir un approvisionnement électrique fiable et de meilleure qualité à un petit nombre de consommateurs » selon la définition du site d’information Smart Grids. Ces microgrids permettent d’ajuster la production et la consommation en énergie d’un quartier. Une « autoconsommation collective » qui a pris de court les industriels spécialisés dans les réseaux et la gestion de l’énergie et qui aujourd’hui, investissent massivement dans ce marché en devenir. Avec les microgrids, il est enfin possible d’optimiser la production et la consommation de l’énergie.

Les bâtiments à énergie positive dans un microgrid : un défi

Les bâtiments à énergie positive comme le projet Solaris sont un magnifique progrès vers une gestion plus responsable de nos ressources. Cependant, leurs implantations dans un Microgrid restent un défi majeur. Plusieurs problèmes apparaissent dont la question de l’investissement. Construire un bâtiment écoresponsable est certes plus couteux au départ mais c’est également miser sur un fort retour sur investissement via la production d’énergie.

Il est ensuite difficile d’adapter un bâtiment existant aux nouvelles méthodes de production et de stockage de l’énergie, l’architecture du bâtiment n’ayant pas prévu ces paramètres à l’origine. Cependant, une telle conversion énergétique est possible. Des solutions peuvent être trouvées pour réaménager le bâtiment et ainsi le rendre énergétiquement positif.

Économie ne rime pas avec austérité. Même si nos habitudes deviennent de plus en plus consommatrices d’énergie, les microgrids ont également pour objectif de réguler cette consommation tout en assurant un confort maximal aux utilisateurs. C’est grâce à la gestion intelligente entre consommation, production et stockage d’énergie que ce confort sera assuré.

Conclusion

Le secteur du bâtiment est fortement impliqué dans le besoin qu’ont les sociétés à repenser leur mode de consommation énergétique. Il est important de s’inscrire dans cette démarche qui pointe vers le nouveau visage de nos habitations, quartiers et villes du futur. Penser écologique c’est également penser sur le long terme, penser à la rentabilité de nos infrastructures.

C’est pour cela qu’il est important d’être accompagné par des professionnels qui ont cette vision globale du bâtiment et de son environnement. C’est lui qui pourra apporter les meilleures réponses, assurer une continuité de fonctionnement du bâtiment et fournir le confort attendu par les utilisateurs, tout en minimisant son empreinte énergétique.